Faculté des Sciences et Techniques | Università di Corsica
Recherche  |
Plateforme Paglia Orba

Les plateformes PAGLIA ORBA et MYRTE sont un projet phare de transfert de technologie mené par l'Université de Corse et le CNRS. Il porte sur l'hybridation de systèmes de production et de stockage de l'énergie utilisant comme source renouvelable le rayonnement solaire.

Le micro-réseau PAGLIA ORBA (Plateforme Avancée de Gestion éLectrique Insulaire Associant stOckage et énergies Renouvelables - oBjectif Autonomie) est issu de l'engagement de trois partenaires, l'Université de Corse Pasquale Paoli, le Centre National de la Recherche Scientifique et le Commissariat à l'Énergie Atomique et aux Energies Alternatives via l'Institut National de l'Energie Solaire. Il met en oeuvre le couplage de l'énergie solaire avec des unités de stockage multiples. Il vise à étudier le mix d'unités de stockages couplées à des énergies renouvelables dans un contexte de réseau électrique intelligent en vue de fournir l'énergie à des logements, des bureaux et des véhicules.

 

Objectifs

Il s’agit de répondre a une double problématique :

  • Territoriale de développement énergétique adapté aux ressources locales dans l’optique de territoires à énergie positive ;
  • Industrielle par le développement de solutions énergétiques innovantes.

PAGLIA ORBA contribue au développement de nouveaux moyens de production d’énergie pour favoriser le transfert technologique des activités de recherches vers des entreprises.

Pour cela des travaux scientifiques sont menés afin de modéliser et simuler des moyens énergétiques. Ces travaux doivent ainsi permettre de développer des algorithmes de pilotage pour une gestion intelligente de l’énergie afin d’optimiser et de gérer de manière efficace les unités de production et de stockage, en fonction des besoins.

 

Le micro-réseau se situe à Ajaccio (Vignola), au centre d'études Scientifiques Georges Peri de l'Université de Corse/CNRS.
 

En savoir plus : paglia-orba.universita.corsica

Page mise à jour le 15/03/2017 par MARIE-HELENE PANCRAZI