Faculté des Sciences et Techniques | Università di Corsica
Attualità
Faculté des Sciences et Techniques  |
Attualità

Conférence : Vous avez dit... biodiversité ? le 17 décembre 2009

La Faculté des Sciences et Techniques / Master Sciences de l’Eau et de l’Environnement de l’Université de Corse, organisent le 17 décembre à 16h dans l’amphi Jean NICOLI – Campus GRIMALDI, une conférence : « Vous avez dit… biodiversité ? ».

La conférence sera présentée par Gilles BŒUF, Président du Museum National d’Histoire Naturelle.


Résumé :

Le terme biodiversité (contraction de diversité biologique) a été créé au milieu des années 80 mais n’a échappé au sérail des biologistes écologues qu’après le « Sommet de la Terre » à la Conférence de Rio en juin 1992. Il est alors parti à la conquête des Sciences humaines et sociales, des médias, des politiques et du grand public. Il regroupe des sens très différents selon les publics et usagers et il est souvent confondu avec diversité spécifique, c'est-à-dire l’ensemble des espèces vivantes qui peuplent les différents milieux. En fait, la biodiversité est bien plus que cela. Scientifiquement, elle regroupe quatre grandes problématiques, (1) les mécanismes biologiques générateurs de cette diversité, (2) l’écologie fonctionnelle et la biocomplexité, en incluant les grands cycles biogéochimiques et les flux de matière, (3) la nature « utile » à l’homme pour ses besoins (alimentation, médicaments, modèles,…) et (4) la mise en place des stratégies de conservation pour préserver l’héritage, naturellement attendu par les générations futures.

 

La Vie s’est développée dans l’océan primitif il y a quelques 3,9 milliards d’années, finalement peu de temps après la fin du refroidissement de la planète, et a été capable d’élaborer depuis, largement plus d’un milliard d’espèces vivantes, apparues puis disparues. On estime à 1-1,5 % les espèces qui nous accompagnent encore aujourd’hui. Celles-ci représentent environ 1,8 millions d’espèces décrites et nous nous accordons pour estimer la diversité spécifique actuelle à plus de 14 millions d’espèces (au moins, avec une fourchette de 10 à 30, peut-être 100 ?). Beaucoup donc, reste à faire pour terminer cette énumération spécifique. Cette biodiversité est très menacée aujourd’hui pour quatre grandes raisons qui sont la destruction et la contamination des milieux naturels, la prédation en excès et la surexploitation des ressources naturelles, les introductions anarchiques d’espèces de milieux à d’autres et le réchauffement climatique, généré par l’homme. L’humain a très rapidement (après la conquête du feu) été de plus en plus impactant sur les milieux naturels et les a transformés. Nous ne faisons en fait aujourd’hui que prolonger et accélérer ce mouvement, amplifié par la démographie humaine et l’idée délétère « d’asservissement » de la Nature. En trois siècles, l’humain aura épuisé la totalité des ressources combustibles fossiles accumulées durant des centaines de millions d’années et aujourd’hui les espèces vivantes disparaissent de la planète à un rythme au moins 1 000 fois plus rapide que le taux naturel d’extinction attendu (Millennium Ecosystem Assessment, 2005) ! Cinq crises d’extinction massive ont eu lieu depuis 500 millions d’années et la sixième grande crise, cette fois-ci générée par une espèce, l’humain, est-elle en cours ? Quelles sont les menaces qui s’accumulent et pourquoi faut-il impérativement enrayer cette érosion de la diversité biologique ? Quelles sont les mesures que nous devons mettre en place pour endiguer cette érosion dramatique et comment cesser ces gaspillages incessants : projet réaliste ou rêve insensé ?
 

Zoom sur Gilles BOEUF  

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Par décret du Président de la république en date du 9 février 2009, Gilles Boeuf, Professeur des universités, affecté à l'université Pierre et marie Curie-Paris-VI, est nommé Président du Museum National d’Histoire Naturelle. Il succède ainsi à André Menez.

 

Gilles Boeuf est, depuis 10 ans, Professeur à l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC-Paris VI), pour laquelle il a dirigé durant 6 ans l'Observatoire Océanologique de Banyuls-Laboratoire Arago.

Il a dirigé pendant 4 ans, l'UMR 7628 (UMPC/CNRS) « Modèles en biologique cellulaire et évolutive ».

 
Il a été membre du Comité National de la Recherche Scientifique durant 9 ans, membre des Conseils Scientifiques de l'ANR, de l'Institut National des Sciences de l'Univers, du Département des Sciences de l'Univers et de la Commission Océan-Atmosphère du CNRS, directeur du Centre des Sciences de la Mer de l'UPMC, Président du conseil scientifique de l'IFREMER où il a passé 20 ans, avant d'intégrer l'Université.

 
Il était depuis 2 ans, le Président du Conseil Scientifique du Muséum. Il est aujourd'hui membre du conseil scientifique du Patrimoine naturel et de la biodiversité auprès du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire (MEEDDAT), du Comité Scientifique de l'IFREMER et du Comité de Perfectionnement du Centre des Sciences de la Mer de Monaco.


Il est membre du Comité d'Ethique de l'INRA et du CIRAD et Président de la Réserve Naturelle de la Massane (Pyrénées Orientales).


Gilles Boeuf enseigne (la physiologie environnementale, la biodiversité et les ressources vivantes de l'océan) à l'UPMC où il est responsable de la spécialité « Biologie et physiologie comparées, adaptation au milieu » du Master « Biologie intégrative et physiologie », à l'Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes, à l'Institut National Agronomique Paris-Grignon et pour l'Institut de Formation sur l'Environnement du MEEDDAT.
 

Zoom sur le Master Sciences de l’Eau et de l’Environnement …  

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
Le master « Eau et Environnement » vise à fournir une formation pluridisciplinaire destinée à former des biologistes et des hydrobiologistes et des hydrogéologues. Le but de cette formation est d’apporter aux étudiants une bonne connaissance théorique et pratique dans les différents domaines de l’eau de manière à pouvoir contribuer à la compréhension et à la résolution qualitative et quantitative de problèmes liés aux eaux souterraines et de surface. Ce Master intervient en hydrobiologie et en aquaculture.


Affiche

JEROME CHIARAMONTI | Mise à jour le 22/02/2017
Rendez-vous

Jeudi 17 décembre 2009

Amphi Nicoli, UFR Sciences, Campus Grimaldi, Corti

Dans la même rubrique